La cérémonie du thé, des bases Bouddhiste

Cérémonie Cha No Yu

La plupart des non-Japonais ne savent qu'une chose ou deux sur la cérémonie traditionnelle du thé, son histoire, ses complexités ou ses origines religieuses. Cependant, peu de gens en dehors du Japon ont une compréhension profonde du sens ésotérique de cette pratique.

En effet, même au Japon, la signification secrète de la cérémonie du thé Japonaise est peu comprise, sauf par ceux qui ont consacré leur vie à la discipline, et par ceux qui sont experts dans la préparation du thé servi dans un bol à matcha dans les rituels traditionnels. 

Pour acquérir la première connaissance pratique de l'enseignement intérieur sur la cérémonie du thé, il faut remonter dans le temps d'au moins deux mille ans. La Chine est le véritable berceau de la cérémonie du thé, mais ce sont les Japonais qui ont développé la pratique et maintenu la flamme vivante dans l'ère moderne.

Le Bouddhisme : Le premier secret

Le Bouddhisme zen peut probablement être considéré comme le fondateur de la cérémonie du thé telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui au Japon. Les deux premières personnes qui ont apporté le thé et ses rituels de service de Chine étaient en effet des moines Bouddhistes.

Chacun d'eux a beaucoup fait pour établir les différentes parties de la cérémonie que nous connaissons aujourd'hui. Cependant, une grande partie de ce qui se passe dans le Bouddhisme zen n'est pas ce qui apparaît pour un observateur extérieur.

Le Bouddhisme lui-même est une pratique intérieure en grande partie, une cérémonie ou un rituel extérieur ne révèle souvent rien du sens intérieur d'un comportement donné. La cérémonie du thé et la méditation n'en sont que deux exemples.

Il est impossible de savoir ce qui ce passe durant la méditation simplement en observant une personne en état méditatif. Il en va de même pour la cérémonie du thé. Les touristes et les étrangers peuvent regarder, voire participer à un rituel Japonais du thé sans rien apprendre de son message intérieur et ésotérique.

Les livres sur le sujet mentionnent souvent que l'aspect central de la cérémonie du thé est l'harmonie, le respect, la pureté et la tranquillité. Que pouvons nous en déduire au-delà des mots ? Comme tout ce qui est zen, ce rituel social particulier contient une forme intérieure et une autre extérieure. 

L'aspect intérieur de la cérémonie du thé met l'accent sur la simplicité et le naturel. Ces deux qualités donnent à la forme extérieure de la cérémonie son aspect simple, calme et sans fioritures.

La partie extérieure elle met l'accent sur le concept Japonais de "Sabi", ou la vie matérielle. On remarque cette caractéristique lorsque l'on regarde les matériaux vieillis et altérés qui entourent le salon de thé. Ils nous rappellent que notre vie physique extérieure n'est qu'une chose temporaire qui se décomposera et finira par disparaître.

En comprenant l'inéluctabilité de l'impermanence (Sabi) et la simplicité de notre être intérieur (Wabi), on peut avancer vers un état de conscience avancé même dans cette vie. Les vrais aficionados de la cérémonie du thé ont tendance à la considérer comme un exercice religieux ésotérique, et rien de moins !

La science du cerveau : Le deuxième secret

Il y a, croyez-le ou non, beaucoup de science derrière la pratique du service et de la consommation de thé ritualisé. Les experts modernes sur le sujet soulignent que les deux côtés du cerveau sont stimulés par la cérémonie Japonaise du thé. Cette activité équilibrée aide à apporter un calme profond et même une conscience spirituelle à ceux qui participent à l'activité.

Il faut savoir que la cérémonie du thé agit directement sur les cinq sens. Dans l'Antiquité, les moines Bouddhistes structuraient le rituel de telle sorte qu'il réveillait les gens, aussi bien physiquement que spirituellement. 

Dans le même temps (et cela fait partie de la dichotomie de l'affaire, ou plutôt de la complémentarité de sa double nature), la cérémonie du thé vise à apporter une paix et une tranquillité intérieures profondes à ceux qui y participent en rapprochant le corps et l'esprit.

L'odeur, le toucher, le goût, l'ouïe et la vue sont, respectivement, rencontrés avec l'arôme du thé et de la paille dans le tapis de sol, la sensation de la théière Japonaise, le thé lui-même, le son de l'eau quand elle bout sans oublier les images visuelles des rouleaux de mur et les fleurs dans la pièce.

Les deux côtés du cerveau

Avec les cinq sens éveillés et accordés, l'hémisphère gauche du cerveau dispose de beaucoup de matière à analyser, y compris le rituel lui-même, les instruments, le processus et les "faits" de cérémonie. Ce sont des types de sujets standard que l'hémisphère gauche du cerveau aime décrypter.

D'autre part, ou plutôt de l'autre côté du cerveau, l'hémisphère droit s'occupe des arrangements floraux et des parchemins, de l'atmosphère de la pièce, de l'alchimie entre les invités et l'hôte.

Cette expérience est le moment précis dans le processus où la plupart des gens voient le visage du Zen dans la cérémonie moderne du thé. Le Bouddhisme zen fonctionne souvent selon les mêmes lignes de pensée, avec une stimulation égale des deux parties du cerveau, gauche et droite, afin d'offrir une chance de compréhension au pratiquant.

Le sens caché de la cérémonie du thé

Ceux qui ne connaissent la cérémonie du thé qu'à travers des livres ou une brève visite au Japon manquent généralement certains des angles invisibles qui concernent le thé et ses rituels. D'une part, chez les Japonais eux-mêmes, la cérémonie du thé est considérée comme une pratique ésotérique difficile à comprendre et qui prend des années à apprécier. Une analogie pourrait être la façon dont les Occidentaux perçoivent le violon classique. Il faut un peu d'étude et beaucoup de temps pour écouter un morceau de violon avec une véritable appréciation de la musique, de l'instrument et du musicien.

Les Japonais qui souhaitent en savoir plus sur la forme d'art la plus secrète de leur pays rejoignent des clubs informels pour l'étudier. Par la suite, certains suivent des cours formels, parfois assez onéreux, auprès d'un maître de thé.

Il y a, comme dans beaucoup d'arts martiaux, des certificats et des grades associés à plusieurs des écoles de thé en vue dans tout le Japon. Pour les quelques privilégiés qui décident de se plonger profondément dans l'art, il ce peut qu'une vie d'études entière les attendra.

Tout comme un pianiste de concert ou un violoncelliste peut donner sa vie à la perfection de la technique musicale, certains Japonais se consacreront pleinement à l'art ancien et au rituel de la cérémonie du thé.


Laisser un commentaire


Nos autres articles :

Avalokiteshvara, l'histoire du Bodhisattva le plus populaire
Avalokiteshvara, l'histoire du Bodhisattva le plus populaire

Avalokiteshva-quoi? Avalokiteshvara, le bodhisattva de la compassion, a subi de nombreuses transformations au cours des siècles, découvrez son histoire.
Voir nos articles
Univers Bouddha, LA boutique Bouddha de référence !
Univers Bouddha, LA boutique Bouddha de référence !

Depuis plusieurs années, le site univers-bouddha.com s'est imposé comme la référence incontestée des boutiques Bouddha  et nous recevons énormément de questions sur la façon dont est gérée l'écosystème Univers Bouddha.
Voir nos articles
Le mythe du Bouddha historique
Le mythe du Bouddha historique

Shakyamuni est-il plus une fiction qu'un fait ? Sans le Bouddha "historique", le bouddhisme n'existerait pas. Cela peut sembler évident, mais est-ce vraiment le cas ? Si le Bouddha n'avait pas existé, il aurait peut-être été inventé de toute façon.

Voir nos articles

INSCRIVEZ-VOUS